La diffusion des patrimoines cinématographiques et audiovisuels et internet

“ C i n é m a / F i l m : Aspects actuels de la valorisation des
patrimoines cinématographiques et audiovisuels ”
Vendredi 24 et Samedi 25 Novembre 2000
Paris – Palais du Luxembourg
La diffusion des patrimoines cinématographiques et audiovisuels et internet
Félix del Valle Gastaminza

Le patrimoine audiovisuel constitue un ensemble d’objects trés diferents. La grand diversité de documents et materiaux que surgent dans le procés de production et difusion d’un document audiovisuel doivent être conservés, restaurés et catalogués. Ils constituient le témoignage historique de son temps et éclairent les liaisons entre les différents sources artistiques, techniques, industrielles et économiques qu’intervient dans la réalization et réception des oeuvres cinématographiques.

Définition du patrimoine audiovisuel
Le document audiovisuel apparaît au centre d’un ensemble plus vaste de matériels et d’informations collecté et inclus dans les archives audiovisuelles. Cet ensemble constitue le patrimoine audiovisuel. La définition suivante est proposée par l’Unesco :
Le patrimoine audiovisuel comprend, sans que la liste soit limitative :
a) « Les productions de son enregistré, productions radiophoniques, productions cinématographiques, productions télévisuelles ou autres, comprenant des images en mouvement et/ou des sons enregistrés, que ces productions soient ou non essentiellement destinées à la communication au public ;
b) Les objets, les documents, les oeuvres et les éléments intangibles ayant un rapport avec l’audiovisuel, qu’ils soient considérés d’un point de vue technique, industriel, culturel, historique ou autre, notamment les documents se rapportant aux industries du film, de la télévision de la radiodiffusion et de l’enregistrement du son tels que la documentation, les scénarios, les photographies, affiches, les documents publicitaires, les manuscrits et les artefacts tels qu’équipement technique et costumes ;
c) Les concepts tels que la perpétuation de savoir-faire et d’environnements en voie de disparition associés à la reproduction et à la présentation de ces documents.
Dans cette définition, le patrimoine audiovisuel comprend évidemment à la fois le matériel textuel et les matériels “intermédiaires” mentionnés ci-dessus qui sont liés au document audiovisuel. Les scénarios, par exemple, font partie de ce patrimoine parce que ce sont des scripts destinés à la radio, à la télévision ou au cinéma, non parce que ce sont des scénarios.

Je veux parler spécialement des archives de television : La television affecte nôtre vie depuis la naissance jusqu’à la mort. La Tv nous informe, mous amuse, nous eduque mais nous ne faisons presque rien ni systematique ni assez serieux pour preserver ces documents que sont les programme de television.
Les documents de television sont multiples, multiformes, incompatibles, dependents, opaques et ambigues. Ils naissent obligatoirement, par interêt de la technique que ne prétend pas créer des documents pour le futur sinon plutôt ressoudre ses problèmes provoqués para la transmission de l’information. Consequence de celà c’est que tous les decisions relatives à l’essence des documents est pris par les ingenieurs d’information et télècommunications mais pas par les archivistes.
Ils sont beaucoup des pays dont il n’y a pas une loi du patrimoine relatif à la télèvision et sont les Télèvisions qui prend les décisions de preserver ou éliminer les documents audiovisuels qu’ils créent.
Les principaux problèmes des archives de television sont :
1. Conservation de materiaux très fragiles et dépendents de technologies qui changent trop rapidement. Dépuis l’apparition du support video à la fin des années cinquante on a travaillé avec beaucoup de formats differents qui exigent magnetoscopes divers. La numérisation est déjà la realité dans les télèvisions et celá pose des questions très difficiles de resoudre pour la conservation et numerisation des anciens supports.
2. La restauration est encore peu developpé et surtout très relationé avec la numerisation, et ça c’est un grand change par rapport le document original.
3. Enjeux technologiques relationés avec le traitement de la signal et du message qui posent des nouveaux questions pour les travaux de control, catalogage et reperage des clips vidéo.
4. Representation avec langages textuelles, mais irruption de l’image et du son dans les traditionelles bases de données documentaires.
5. Selection de materiaux conditioné par l’actualité

Les Archives Audivisuels protagonistes de la Difusion du Patrimoine Audiovisuel.
Les archives audiovisuelles sont des organisations, ou des services au sein d’organisations, qui se consacrent à la collecte, à la gestion, à la conservation et à la communication d’une collection de documents audiovisuels et du patrimoine audiovisuel.
Deux aspects ici sont déterminants. Tout d’abord, les archives audiovisuelles sont des organisations : ce ne sont pas des collections privées à la charge d’une personne physique. Ensuite, l’ensemble collecte, gestion, conservation et communication de documents audiovisuels est leur raison d’être principale, et non une activité accessoire parmi d’autres. Le mot de liaison entre ces termes est et, et non pas ou : es archives font tout cela et pas seulement une partie, ce qui suppose qu’elles collectent des matériels sous une forme adaptée à la fois à leur conservation et à leur consultation. Cela signifie que des collections de matériels audiovisuels sur des supports adaptés à la consultation ou au grand public ou destinés essentiellement au prêt, sans que leur soit associé un projet de conservation, ne sont pas des archives audiovisuelles. C’est le cas par exemple du stock de films d’un distributeur, du fonds de disques ou de vidéogrammes d’une bibliothèque municipale, ou des bibliothèques d’étude audiovisuelles. Les archives audiovisuels conserveront les films mais aussi les scénarios originaux, les plans de tournage et les matériaux graphiques produits dans le procés de production, les programmes de main, affiches publicitaires, guides de distribution, sans oublier les apareils de filmation et de projection.

Les operations de Diffusion/Communication des cinémathèques sont les suivantes:
• Projections régulières.
• Projections thématiques
• Philosophie de la programmation: Films ” particulier “, ” classique “, ” oublié “, ” intéressant “avec une perspective pédagogique ou historique.
• L’information à l’audience.
• Accés aux investigateurs (types d’accès: les copies de la projection, de l’original, des copies dans le vidéo…), de l’accès aux sources et d’autres produits et objets ont associé à la cinématographie.
• Distribution (cineclubs, universités, écoles, etc…)

Les archives de television possent formes divers de difussion et communication parce qu’il sont crées pour les objetifs suivants :

1. Rédiffusion de programmes.
2. Élaboration de nouveaux produits d’après les materiaux d’archive.
3. Rédiffusion de nouvelles ou fragment de nouvelles dans le context d’informations actuallissées.
4. Utilisation d’images de personnes, lieux ou thémes comme resources d’illustration.
5. Copie administrative.
6. Elaboration de travaux de recherche par les entreprise de télevision ou par les Universités, Partis Politiques, Organismes publics ou privés.
7. Commercialization et vente aux organismes de télévision nationaux ou étragers, producteurs publicitaires, ou au public.
8. Outil de reference historique.
9. Diffusion dans les circuits de vidéothèques.
10. Nouveux usages domestiques : Câbles, télèdistribution, éditions vidéo.

Autres organismes responsables de la Difusion du Patrimoine Audiovisuel.
Mais Il y a des autres organismes qui ne sont pas archives audiovisuels mais qui prend leur responsabilité dans la diffusion du Patrimoine audiovisuel :
Il faut nommer l’IASA (Fédération internationale d’archives sonores et audiovisuelles), la FIAT (Fédération internationale des archives de télévision) et la FIAF (Fédération internationale des archives du film). Les commissions audiovisuelles de l’IFLA (Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques) et du CIA (Conseil international des archives), ainsi que des organisations régionales comme la SEAPAVAA (South East Asia-Pacific Audiovisual Archive Association), l’AMIA (Association of Moving Image Archivists) et organisations nationales comme l’INA.
Les Universités aussi sont responsables spécialment par leur rôle dans la formation des spécialistes qui travailleront dans les archives et des investigateurs sur le cinéma et la télévision.

Informatisation de la Culture. Culture en ligne.

Internet c’est la numerisation de la culture, la culture en ligne. Mais il faut prendre des decissions sur que’est-ce qu’il faut numeriser et pour que public. Internet permet mettre au disposition des utilisateur des copies numerisés d’informations et documents intouchables jusqu’à ce moment.
L’Internet est de plus en plus utilisé pour transmettre des images et des sons. Lorsque les limitations touchant la bande passante auront été surmontées, la diffusion en temps réel d’images et de son de qualité TV pourra devenir une réalité universelle. Le net est déjà utilisé pour assurer la première diffusion de nouveautés audio, et les sites web offrent des possibilités entièrement nouvelles d’accès à une combinaison de texte, d’images et de sons sous une forme souple et personnalisée.
Quelles questions cela pose-t-il pour les archives audiovisuelles ? En tant que support de communication, l’Internet possède au regard de l’utilisateur final un énorme potentiel pour trouver et transmettre des images et des sons. Il facilite également la recherche en direct. Autrement dit, il démocratise l’accès à l’information à un degré auparavant impossible. Ce qui soulève une nouvelle série de questions en matière de droit d’auteur, de format et de technologie, car les matériels d’une collection doivent être numérisés avant de pouvoir passer sur le réseau.
La numerisation explore activement le potentiel de conservation de technologies digitales et autres copiantes tout en également se rappelant que il reste l’obligation essentiel de sauvegarder les films initiaux pour aussi longtemps que possible. La distinction entre l’accès digital et la conservation digitale est principale au rôle archivistique pour de nouvelles technologies électroniques. Celles-ci transforment déjà l’accès de film mais les archives devraient insister sur le fait que certains critères rigoureux soient rencontrés avant que de nouvelles technologies soient adoptées comme medias de conservation. Ces critères incluent: (a) image et qualité de son égale à l’original; (b) capacité de supporter la production de nouveaux éléments de film sans perte significative d’image ou de bruit; (c) une longévité archivistique (idéalement, 100 ans) à côté d’assurance que le matériel de playback serait disponible pendant un temps étendu; (d) capacité à enregistrer en états raisonnables de la température et d’humidité; (e) la capacité pour enregistrer des données du film initial a eu besoin pour des restaurations (par exemple, épissures, codes de bord); et (f) un coût de copie pas plus grand que de film-à-film

Dans l’âge de l’information maintenant que l’information visuelle peut être transmise par une combinaison de nouveux médias et de technologies digitales, beaucoup de rôles s’ouvrent pour les archives audiovisuelles. Mais pour tous les espoirs et promesses, leur futur exact est pas du tout clair. Les archives deviendront des musées de film? Deviendront-ils des noeuds sur l’omnibus de l’information? Essayeront-ils d’offrir un intervalle des options? Les défenseurs des nouvelles technologies prévoient que les archives publiques pourront fournir des services à plus d’utilisateurs et aux sites éloignés, bien que les coûts associés à la numerisation du matériel visuel suggèrent que les associés privés soient nécessaires.

Representation de contenu/Organisation hypermedia.

Internet sont des contenues. La numerisation a impulsé aux archives les découvrant un nouveau context de difusion dont c’est possible surmonter les limitations inhérents aux caracteristiques des documents. Mais il faut penser des nouveux produit hipermedia pour difusser le patrimoine. Il faut appliquer les nouveaux techniques de catalogage ajoutant les codes MPEG7 et les metadata DC. C ‘est necessaire penser des formes de répresentation de toute sorte de documentation relationé avec le patrimoine pour établir les liaisons correctes parmi ces documents. On propose des hipermedia qui combinent les materiaux provenents de :
BD de film
BD de procédiments
BD de materiaux
BD de équipes
BD de personnes
BD historiques et évenementielles
BD de producteurs, distribuiteurs, exhibiteurs
BD de legislation
BD bibliographiques
BD bandes du son
BD fotográphiques
BD de presse
BD de projects de restauración
MPEG-7
De plus en plus d’informations audiovisuelle sont accesibles sous forme numérique, en tout endroit de part le monde. En marge de cela, des gens souhaitent les exploiter. Mais avant que quiconque ne puisse utiliser de telle information, il lui est nécessaire de commencer par les localiser. Au même moment, l’augmentation du nombre d’informations potentiellement intéressantes rend la recherche de plus en plus difficile. Des solutions sont dors et déjà proposées pour faciliter la recherche d’information de type texte. En effet, de nombreux moteur de recherche sont accessibles sur le Web et font même partie des sites les plus visités, ce qui montre une réelle demande pour ce type de produit. Il n’est pour autant pas possible de chercher des informations sur un contenu audiovisuell, puisqu’il n’existe en général pas de descriptions reconnaissable de ce type d’information. En général, il n’est pas possible de trouver de façon efficace une image de “la moto de Terminator II” sur le Web, pour prendre un exemple. Dans certain cas particuliers, des solutions existent cependant. Des bases de donnée multimédias permettent aujourd’hui de chercher sur le marché des images à partir de certaines caractéristiques comme la couleur, la texture ou la forme d’objet dans l’image.
Objectif de MPEG-7
MPEG a commencé à mettre au point un nouvel outil de travail pour repondre au problème décrit précédemment. Ce nouveau membre de la famille MPEG, appellé “Multimedia Content Description Interface” (MPEG-7) étendra les capacités de recherche limitées d’aujourd’hui pour inclure d’autres types d’information. En d’autres termes, MPEG-7 va spécifer une description standard de différents types d’informations mutlimédia. Cette description devra être associée au contenu lui même pour permettre la recherche rapide et efficace des informations qui intérressent l’utilisateur.
Ces “matériaux” incluent : images, graphiques, audios, vidéos et de l’information sur comment ces éléments sont combinés dans une présentation multimédia (scénario). La description peut être attachée à n’importe quel matériau multimédia, quel que soit le format de la représentation. Même si la description de MPEG-7 ne dépend pas de la représentation du matériau, le standard s’appuie en un certain sens sur le standard MPEG-4 qui fourni quand à lui les moyens de coder des matériaux audiovisuel.
La decription standardisée des différents types d’information peut résider en un certain nombre de niveaux sémantiques. Pour prendre l’exemple d’un matériau visuel :
• un niveau d’abstraction bas pourrait être la decription de la forme, taille, texture, couleur et composition
• les plus hauts niveaux donneraient des informations sémantiques comme “il s’agit d’une scène avec une voiture rouge à gauche et un oiseau qui vole (dans le ciel)” codées sous une forme efficace
• des niveaux intermédiaires pourraient aussi exister.
En plus de la description du contenu, il peut être également nécessaire d’inclure d’autres informations comme :
• Le format : par exemple le type de compression utilisée (JPEG), ou la taille. Cette information aide à déterminer si le matériau peut être lu par l’utilisateur.
• Conditions d’accès aux matériaux. Cela pourrait inclure des informations concernant le copyright et le prix.
• Liens vers d’autres matériaux intéressant.

Propositions concrètes : Enciclopedia del Cine en línea. Cuadernos de Documentación Multimedia.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s